risques
risk
risks

Editorial « Sommes-nous écologistes? »

Depuis la candidature de René Dumont aux élections présidentielles de 1974, les idées écologistes ont fait leur chemin. A tel point que le vocable « écologique » est employé pour désigner n’importe quoi. On dit par exemple : « une couleur écologique », « il ne fume pas, il est écologiste », ou bien « une opération écologique » pour « une opération de nettoyage, etc ».
UNE CONSTATATION…
Avant de savoir si nous sommes écologistes, il faut donc définir ce qu’on entend par là. A partir de l’écologie-science qui étudie les rapports des êtres vivants avec leur milieu, on est naturellement conduit à se poser la question des liens qu’entretien l’homme moderne avec son environnement. La simple observation des faits conduit logiquement à conclure que nous avons avec la Nature un rapport de domination et d’exploitation conduisant à l’artificialisation totale de notre planète, c’est-à-dire à la disparition de toute vie sauvage et spontanée. Aucun pays n’a encore su concilier développement économique et respect de la Nature dans sa prodigieuse diversité.

L’homme exploite l’homme, comme il exploite la Nature pour gagner toujours plus assurer sa suprématie sur ses voisins et maintenir à n’importe quel prix, une expansion économique dont les limites se dessinent pourtant clairement.
Le COSILYO a nettement proclamé son appartenance au courant écologique et depuis 13 ans, il rassemble des personnes autour d’un certain nombre d’idées concrétisées dans notre Charte Notre action pour la protection de la Nature faune, flore, et milieux naturels sauvages, s’inscrit dans une réflexion globale qui relie l’homme au cosmos et la destruction de la Nature à sa vraie cause : le type de société dans lequel nous vivons.
Le simple souci de cohérence nous conduit dès lors à remettre en question un type de croissance dont les inconvénients l’emportent aujourd’hui sur les avantages, à remettre en cause un modèle de développement inégalitaire aux niveaux national et planétaire.
ET DES CONSEQUENCES…
Partant de là, être écologiste, c’est ré-inventer un autre type de société, non seulement respectueux de la Nature et de ses millions de formes vivantes, mais aussi une société plus juste, moins agitée, dont le but ne serait plus le profit, mais le bonheur de l’homme. Le Progrès, oui ; la croissance, oui ; mais à condition qu’ils soient pour tous les hommes, et ne menace pas la vie sur la terre…
L’écologisme (méfions-nous du suffixe !) stipule la réduction massive des inégalités, l’arrêt de la course au « toujours plus ». il nous apprend qu’on peut vivre mieux avec moins, « être » plus en « ayant » moins…
– C’est pourquoi le NuclĂ©aire est inacceptable, en dehors mĂŞme de ses incertitudes Ă©conomiques et de ses risques potentiels. Inacceptable parce que symbole d’une sociĂ©tĂ© technocratique, centralisĂ©e et Ă©nergivorace, opposĂ©e Ă  la sociĂ©tĂ© autogestionnaire et dĂ©centralisĂ©e que nous voulons. Une sociĂ©tĂ© conviviale comme l’appelle I. Illitch.
– C’est pourquoi l’abus de la voiture individuelle est critiquable : forme moderne de l’individualisme, elle porte en elle ses propres contradictions et nous fait croire que vivre c’est aller toujours plus loin, toujours plus vite.
– C’est pourquoi aussi, est critiquable l’agriculture moderne, prise elle aussi au piège de l’expansion et du toujours plus : plus grand, plus mĂ©canisĂ©, encore plus de pesticides…
– C’est pourquoi nous critiquons la publicitĂ© qui nous crĂ©tinise, fait prendre des vessies pour des lanternes et le gadget superflu pour l’indispensable.
La Société moderne, agression perpétuelle contre l’homme et la Nature, engendre la violence, le mépris… Les écologistes se sont prononcés pour la non-violence active, la reconnaissance et l’acceptation des autres avec leurs différences.
Bien sûr, tout ça c’est des idées, direz-vous, de l’utopie. Mais l’utopie n’est-elle pas nécessaire pour indiquer la direction ?

029 – Concours pour le choix du concessionnaire. Propositions techniques. Etude sur la notion de mesures de police, partage des risques

Quand science géographique et gestion technique construisent la notion de risque. Une autre lecture des problématiques d’aménagement dans le nord-est de l’agglomération lyonnaise, des années 1930 à aujourd’hui

3 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

5 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

8 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

6 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

31 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

32 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

33 – Risques industriels, pĂ©trole et chimie

435 – MaĂ®trise de l’urbanisation autour des sites prĂ©sentant des risques technologiques autour de Lyon (RhĂ´ne)

425 – OpĂ©ration Isère (DĂ©partement pilote en matière de risques majeurs)

426 – OpĂ©ration Isère (DĂ©partement pilote en matière de risques majeurs)

405 – PrĂ©vention des risques de lĂ©gionellose

403 – Risques et accidents chimiques

402 – Risques environnementaux

401 – Risques environnementaux

400 – Risques environnementaux

399 – Sites Ă  risques. Statistiques

577 – Etude sur la dĂ©termination du montant des garanties financières pour les installations Ă  risques, recueil sur la politique nationale en matière de traitement et de rĂ©habilitation des sites et sols polluĂ©s

574 – Guide pour la maĂ®trise de l’urbanisation et des voies de communication autour des sites industriels Ă  risques

Courrier du vice-président de la COURLY Président de la Commission des Eaux (M. André) à la préfecture du Rhône, 14 janvier 1983

Objet : protection des puits de captage de Crépieux
Réf : réunion du 11 courant à la Préfecture
Monsieur le Préfet,
Profondément inquiet pour l’approvisionnement en eau potable des habitants de la Communauté urbaine de Lyon je vous confirme mon opposition à une mise en service des autoroutes LY.5 et A.42, sans la réalisation des dispositifs de collecte et d’évacuation des pollutions chroniques et accidentelles.
La possibilité d’usage sélectif (voitures légères seulement) est illusoire, de leur propre aveu les CRS ne pouvant assurer avec certitude un filtrage efficace.
Les récents incidents de Givors doivent faire prendre conscience des responsabilités encoures vis-à-vis des populations »

Mots clés : eau potable, infrastructures routières, risque/risques, COURLY

Conquête de la sécurité, gestion des risques

Au coeur du risque. L’INERIS 15 ans d’expertises

Du bon gouvernement des risques

La fin du risque zéro

Habiter les territoires Ă  risques

Les sociĂ©tĂ©s locales Ă  l’Ă©preuve du risque urbain : un siècle de gestion du danger dans deux contextes de l’agglomĂ©ration lyonnaise (fin XIXe-fin XXe siècle)

Diagnostic des risques. Identifier, analyser et cartographier les vulnérabilités

Les territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique

Petit atlas des risques Ă©cologiques

Vivre et produire la ville durable : sociologie d’une promesse urbaine

La société vulnérable. Evaluer et maîtriser les risques

Les risques collectifs dans les agglomĂ©rations françaises : contours et limites d’une approche territoriale de prĂ©vention et de gestion des risques Ă  travers le parcours des agents administratifs locaux

Planifier le risque industriel

Les techniques conventionnelles de lutte contre les pollutions et les nuisances et de prévention des risques technologiques

Risque et assurance

Les différents risques en milieu urbain : le cas de la commune de Limoges

Prévenir les risques. Agir en organisation responsable

Les risques urbains

Atlas des risques en France. Prévenir les catastrophes naturelles et technologiques

Gestion des risques. MĂ©thode d’optimisation globale

Risques majeurs, environnement et collectivités locales

Traité des nouveaux risques

Le diagnostic des risques environnementaux

Risques industriels et Ă©thique

La société du risque

La gestion des risques

Le risque technologique

Du risque Ă  la menace. Penser la catastrophe

Risques urbains. Union européenne, prévention et gestion des risques

Atlas des risques majeurs. Ecologie, environnement, nature

Le risque, le salariĂ© et l’entreprise. Contribution syndicale Ă  la prĂ©vention des risques industriels et technologiques majeurs

La prévention des risques industriels en Rhône-Alpes

Environnement, textes juridiques sur la prévention des risques majeurs

La vie humaine a-telle un prix ? la sociĂ©tĂ© face Ă  l’accident et au crime

Noxious New York : the racial politics of urban health and environmental justice

Les sociétés méditerranéennes face au risque : Disciplines, temps, espaces

Permissible dose : a history of radiation protection in the twentieth century

Gestion du risque inondation et changement social dans le delta du Rhône : les « catastrophes » de 1856 et 1993-1994

Une autre histoire des « Trente Glorieuses » : modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre

Les sombres prĂ©curseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque

Risque et société

La ville inquiète : développement urbain, gestion du danger et vie quotidienne sur trois sites « à risque » de la grande région lyonnaise (Fin XIXe-fin XXe s.)

Les territoires du risque. Villes, environnement, territoires

L’apocalypse joyeuse : une histoire du risque technologique

Les industriels et les risques pour l’environnement

Risk acceptability according to the social sciences

Risk and culture : an essay on the selection of technical and environmental dangers

La sociĂ©tĂ© du risque : sur la voie d’une autre modernitĂ©

Risques, crises et histoire. Quelques attentes Ă  l’Ă©gard des historiens

Les risques liés au climat

Risque & sociĂ©tĂ© : actes du colloque Risque & SociĂ©tĂ©, CitĂ© des sciences et de l’industrie de Paris-La Villette, 18-19-20 novembre 1998

Histoire et mémoire des risques naturels

La civilisation du risque. Catastrophes technologiques et responsabilité sociale

Face au risque

La vulnérabilité : une notion vulnérable ? À propos des risques naturels

Les cultures du risque : XVIe-XXIe siècle

Risques, crises et incertitudes : pour une analyse critique

Un tournant dans l’analyse des risques et des crises ?

Analyses de risques en terme de perception ou en termes de constitution de problèmes publics : une contradiction dépassable ?

Enseigner les risques naturels. Pour une géographie physique revisitée

La prévention des risques industriels en France. Bilan et perspectives

Les risques

VulnĂ©rabilitĂ©, risques et environnement : l’itinĂ©raire chaotique d’un paradigme sociologique contemporain

Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire